Après la fête: RoadCross Suisse lance un nouveau film de prévention

En présentant le film documentaire de prévention «Don’t Drink + Drive» lancé ce jour, RoadCross Suisse sort des sentiers battus. Les accidents et les émotions sont réels. Ils ont été filmés lors de la fête la plus ouf du monde. Le film montre explicitement aux nouveaux conducteurs pourquoi ils seront soumis à une interdiction d’alcool au volant à partir de 2014.   Accidents légers en nombre, piétons – en réalité des mannequins – renversés, nouveaux conducteurs effrayés: le 9 novembre, Drink + Drive 2013 a montré pourquoi, dès l’année prochaine, les nouveaux conducteurs seront soumis à une interdiction d’alcool au volant absolue pendant la période d’essai (voir encadré). RoadCross Suisse a maintenant l’intention de diffuser dans tout le pays les impressions recueillies au cours de cette nuit-là. La fondation lance aujourd’hui le film documentaire de prévention «Don’t Drink + Drive». Ce court-métrage se concentre sur les résultats des tests de conduite organisés dans le cadre de la fête la plus ouf du monde et dévoile le manque d’aptitude à la conduite des nouveaux conducteurs qui avaient consommé de l’alcool.   En filmant les participants avant, pendant et après le test de conduite, RoadCross Suisse a emprunté de nouvelles voies en matière de prévention. Le film montre en effet les émotions réelles de conducteurs ayant réellement provoqué un accident et se passe avantageusement d’acteurs et de statistiques. «Le documentaire doit inciter les nouveaux conducteurs à travers toute la Suisse à réfléchir au thème de l’alcool au volant», déclare Valesca Zaugg, directrice de RoadCross Suisse. «Grâce à l’authenticité des scènes, le message bénéficie d’une crédibilité plus élevée auprès de notre groupe cible. Les jeunes peuvent s’identifier aux protagonistes, qui sont eux-mêmes de nouveaux conducteurs.»   Quelques mots sur le contenu: après avoir fait la fête, des groupes formés de nouveaux conducteurs et de leurs amis montent en voiture pour réaliser un test de conduite. Les jeunes sont excités et prêts à montrer à tout le monde qu’ils sont encore aptes à conduire, même avec de l’alcool dans le sang. Et soudain, c’est l’accident. Les visages témoignent du choc, l’assurance s’est envolée: plus aucun signe d’excitation n’est perceptible chez les nouveaux conducteurs lorsqu’on les interroge sur ce qui s’est passé. La prise de conscience est claire: qui conduit ne boit pas.   Vous pouvez visualiser le film sur YouTube à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=3Z2GWYc35cI   La diffusion en ligne du film accompagné du message de la campagne commencera avant la fin de l’année et se poursuivra pendant plusieurs mois. Parallèlement, RoadCross Suisse intégrera «Don’t Drink + Drive» aux actions de prévention qu’elle organise et qui lui ont permis d’atteindre 17’500 jeunes rien qu’en 2012. À partir du 1er janvier 2014, les nouveaux conducteurs seront soumis à une tolérance zéro et donc à une interdiction d’alcool effective. Cette mesure s’explique par le taux élevé d’implication des nouveaux conducteurs dans les accidents dus à l’alcool. L’alcool a une action désinhibante, parallèlement les nouveaux conducteurs manquent d’expérience: une combinaison dangereuse. Quand on a bu, on se surestime facilement. On est plus enclin à prendre des risques, tandis que le sens critique et la capacité de jugement sont restreints.  

L’événement Drink + Drive 2013, organisé par RoadCross Suisse, a eu lieu le 9 novembre. Les nouveaux conducteurs ont passé un test de conduite avec de l’alcool dans le sang. L’influence de l’alcool sur l’aptitude à la conduite s’est déjà manifestée au cours des exercices normaux. Une situation dangereuse, exigeant une réaction rapide, a cependant été simulée: un mannequin a surgi sur la route à un endroit offrant une visibilité quelque peu limitée. Résultat: tous les nouveaux conducteurs, à l’exception d’un seul, ont écrasé le mannequin car ils avaient freinés trop tard. Même à petites doses, l’alcool exerce une influence sur la capacité de réaction. L’effet provoqué sur les jeunes gens était bel et bien réel.
  Contact / informations: RoadCross Suisse, Stefan Krähenbühl, relations publiques, 044 737 47 29, 076 570 87 59, E-Mail     Medienmitteilung- fr (pdf)